• eagle-2-1-1-spiegel-150-150-tr.png

Les Enfants et leur Sagesse

Farewell King Winter

« Celui qui ordonne contrôle la foi des Ames en accord avec leur Karma Prarabdha*
Ce qui n’est pas destiné à arriver, n’arrivera pas – essayer tant que vous pouvez.
Ce qui est destiné à arriver, arrivera, quoi que vous fassiez pour l’empêcher.
Cela est certain.
Le mieux cependant est de rester silencieux. »

(Ramana Maharshi)

Le message de Maharshi Ramana est une très bonne nouvelle pour les parents. Nos enfants sont des âmes précieuses apparaissant de l’inconnu dans nos mains. Dans le jeu de la conscience, ils viennent pour accomplir leur destinée en accord avec la loi du tout. Dans cette lumière, nous pouvons authentiquement dire «enfants de l’Univers», les enfants d’Un chant, d’Un vers. Ainsi nous ne pouvons ni les avoir ni les posséder, ni ne pouvons savoir quelle est la partie du jeu qu’ils sont venus jouer ici.

« Cependant le mieux est de rester silencieux», ceci est vraiment beau et nous libère directement du devoir d’avoir à faire quelque chose de nos enfants ! La qualité de rester silencieux est celle du « non touché». Tout est parfait comme c’est et cela ne peut être autrement.

Cela fait de nous les hôtes de nos enfants, nous sommes ici pour les guider, les soutenir et les aimer, les aimer inconditionnellement. Simple ? Oui c’est simple. Qu’est-ce que cela demande ? Cela demande tout ! Rien de plus, rien de moins.

Maaike (3 ans) et Sacha (5 ans) prennent leur bain du soir.
Pendant un long moment elles jouent et s’éclaboussent dans la baignoire.
Il est temps de sortir et d’être prêtes pour le rituel de l’histoire du soir.
En sortant de la baignoire Sacha prend sa serviette.
Maman prend l’autre serviette afin de sécher sa plus jeune fille Maaike.
Très fermement Maaike prend la serviette des mains de sa mère et dit :
« Je peux le faire moi-même !»
Sacha sans stopper sa propre action dit :
«Laisse maman faire ce qu’elle veut, elle veut te toucher et te chouchouter.»

Il faut mieux être équipé d’une incroyable dose de flexibilité et avoir un grand sens de l’humour. Pourquoi ? Et bien un vrai miroir peut être très confrontant… et un miroir riant est plus drôle.
En élevant par moi-même mes trois filles, je me suis souvent demandé qui éduquait qui ? Et je suis celle qui a probablement, après tout, le plus muri dans ce merveilleux jeu d’être le parent et d’être l’enfant.

Nous portons un certain « chapeau » qui semble nous positionner dans un certain « rôle », un rôle qui requiert de la sincérité et une totale attention.

PAS DE REGLES FIXES POUR LE JEU
Marianne donnait le sein à son fils sur la plage quand je l’ai rencontré. Nous avons entamé une petite conversation au cours de laquelle elle m’a indiqué être un modèle pour l’allaitement au centre de santé local. Je n’avais jamais entendu parler d’une telle profession et je lui ai demandé de m’expliquer un peu plus de quoi il s’agissait. Elle m’a expliqué que de nos jours les jeunes femmes sont souvent insécurisées, elles ont besoin d ‘être un peu guidées et rassurées afin de donner le sein à leurs enfants et de les nourrir.

Je pensais que nous avions fait un long chemin sur la confiance en soi, et sur le fait d’être naturel par rapport à un acte aussi basique. Les indiens natifs n’ont pas de manuel et les aborigènes ne comprendraient même pas de quoi nous parlons…

Plus nous sommes « civilisés » et plus nous nous accrochons à des théories et à des structures. Dans notre civilisation beaucoup de choses sont dites au sujet de l’éducation des enfants. De grands philosophes ont développé le sujet, les librairies sont pleines. Intéressant à étudier, plaisant à lire, parfois merveilleux. Mais…. quand il s’agit de la vie et des enfants, il n’y a pas de règles fixes au jeu.

S’il vous plait lisez, retenez des théories, prenez ce qui a du sens pour vous et …oubliez.

Pendant les 35 années au cours desquelles j’ai travaillé avec des enfants, tout en étant mère moi-même, je n’ai jamais rencontré un seul enfant qui rentrait dans le moule.

Pas de concept « convient à tout ». Pas même deux enfants de la même famille ne peuvent être approchés de la même façon. Chaque enfant est unique, dans le sens où il n’y a pas deux feuilles sur un arbre qui soient semblables. Oui, allez dehors et regardez un arbre, regardez la diversité de toutes les différentes formes.

Oui n’y a-t-il pas une parfaite unité, une danse, une chanson ?

Cette chanson est en chacun de nous, elle se révèle dans le cœur à travers un murmure. Ecouter le murmure, c’est écouter l’intuition, cette chanson dit toujours quelque chose de la totalité de l’arbre… Vivre avec des enfants est un grand défi pour apprendre à écouter ce murmure et d’agir en fonction de lui.

Cela s’appelle vivre du cœur.

LA VRAIE ECOUTE EST DU TEMPS PRECIEUX
Particulièrement pour les enfants, qui sont si sensibles, c’est un point important pour leur sentiment de bien d’être et d’estime de soi, afin de grandir en tant que personne responsable.

Finn et Hero

ECOUTER : Ecouter sans évaluer, invalider ou interrompre. En d’autres mots nous sommes juste là, ouvert et vide dans l’écoute. Ce n’est pas à propos d’être d’accord ou pas d’accord, ce n’est pas à propos de « résoudre » ou de commenter quoi que ce soit sur le moment. Ce type d’écoute fonctionne de façon si réfléchie, elle est respectueuse et déclenche l’intelligence de l’enfant à s’écouter lui-même et à trouver ses propres réponses. S’il vous demande conseil, soyez toujours vigilant, à ne pas y répondre trop rapidement.

Une simple reconnaissance de ce que vous avez entendu et une question rétrospective est une fine invitation à vraiment faire confiance aux ressources propres de quelqu’un. C’est une façon très intime de communiquer, en étant juste là pour soutenir et dignifier ces braves pèlerins. J’ai été étonnée de voir au combien les solutions trouvées par les enfants étaient honnêtes et intelligentes, ils sont si clairs et capables.

La capacité à répondre est entrainée et s’appelle responsabilité. Plusieurs fois j’ai entendu la réponse : « Je te remercie, je peux toujours parler avec toi ». Je ne dis jamais un mot. Vous gagnez sur le long terme aussi, parce que premièrement l’enfant sait qu’il ou elle peut venir vers vous avec n’importe quel sujet sans être jugé ou sans être instantanément (trop) amicalement conseillé, vous gardez un œil clair sur leurs parfois effrayantes explorations et aventures…Ce que vous gagnez c’est de la confiance inconditionnelle, ce que vous donnez est de l’amour inconditionnel, ce qui est une et même chose. Le point de rencontre est le cœur et rappelez-vous que l’on ne connait jamais la direction que l’ordonnateur a destiné. Nous pouvons vraisemblablement développer davantage le sujet, parce que c’est un endroit où nos jugements, nos comparaisons, nos inquiétudes, nos mauvaises utilisation de l’autorité se montrent si aisément. Ici Parents, se trouve notre terrain pour grandir !

Ici les messages et croyances héritées pourraient monter à la surface et brouiller notre vision claire. Ici nous rencontrons le challenge du laisser-aller.

LES LIGNES QUE NOUS N’UTILISONS PAS :
« Je suis ton père/ta mère, donc je sais mieux que toi ».
« A mon époque, nous ne pensions même pas au sexe à ton âge… »
« Regarde ta sœur / ton frère ainé et prend exemple sur elle/ sur lui ».
« Tu devrais avoir honte ».
« Tu te comportes comme un enfant.»
« Tu es la honte de la famille ».
« Que vont penser les voisins, si tu portes cela ».
« Ca c’est typiquement toi, tu n’as pas de sensibilité pour ça… ».
« Tu as le caractère de … ».
« Tu rends ta mère si triste, quand tu ne vas pas à l’église ».
« On ne fera rien de bon de toi ». (Ici vous avez probablement raison…)

Ajouter des lignes à cette liste, cela pourrait être très drôle de le faire avec votre partenaire ou avec vos amis. Voyez pour vous-même, enquêtez sur le sujet, cela peut être une méditation de grande valeur. (médication) Si nous essayons de contrôler conformément à nos opinions, au fait que ce que nous pensons est juste, à ce que nous attendons, de comment cela devrait être, alors nous sommes surs d’être déchirés, d’être brisés, et la dernière chose que nous désirons est bien de transmettre nos conditionnements à la prochaine génération. Ne soyez pas effrayé de ne pas être impliqué dans la vie de votre enfant. Ne craignez pas d’être mis sur la touche. Vous serez amené à entrer en action au moment propice.

Il y a une autre ligne à NE PAS utiliser : «Regarde, j’aurai pu te le dire !». Une vraie écoute implique un temps précieux, c’est être dans le moment, c’est le bon sens commun intuitif qui nait de ce moment. Parfois de temps en temps, vous pouvez sentir un secret, vous pouvez même savoir de quoi il s’agit, mais s’il vous plait jouer le jeu comme si vous ne saviez pas. Vous rappelez-vous de combien cela était agréable et palpitant d’avoir un secret ?
Cela est arrivé plus d’une fois, que mes enfants viennent me voir afin de me révéler leur secret sans réaliser qu’ils l’exposaient déjà…

Anne (3 ans) est en train de jouer dehors avec des amis. Soudainement elle se met à crier comme une sirène et se précipite dans la maison en pleurant. Sa mère lui demande : « Qu’est ce qui s’est passé »? « Pierre m’a donné un coup de pied » répond-elle. « Oh, Je vois » reconnait sa mère. A ce moment Anne est calmée car elle a été entendue. Alors sa mère lui demande : « Qu’as-tu fait pour causer le fait que Pierre te donne un coup de pied ? » « Je l’ai frappé ».

La fin du cycle… elle ressort alors en courant pour aller jouer avec Pierre.

Cela ne demande pas un long discours pédagogique pour amener le propos de la cause et de l’effet dans leur petit cerveau.

Vous voyez que cette mère n’a rien fait ici, elle a juste écouté et a été réflective.

Ma deuxième fille Marlene (14 ans) a un visiteur dans sa chambre, Karen, qui a le même âge. Elle me demande de monter afin de parler avec Karen. Karen a un problème. Entrant dans la chambre de Marlene, je vois Karen le visage pâle et les yeux plein de larmes. Marlene me dit : « Karen a couché avec son petit ami et maintenant elle a peur, elle est enceinte ». Je dis « O.K, Karen est ce que tes parents savent que tu as un petit ami ? » « Non », répond-elle, « mon père serait très en colère». Ce point est la cause du fait que cette jeune fille ment à ses parents et du fait qu’elle vive une double vie, afin de prétendre être quelqu’un d’autre, la bonne fille qui ne les déçoit. De toute évidence, la morale de son père ne lui a pas évité l’exploration de la sexualité. Ici les parents ont perdu de vue leur fille, là où ils auraient pu lui apporter leur aide.
Dans la conversation qui suivie, elle m’avoue ne pas avoir eu ses règles depuis 3 mois. Je lui ai donné des informations sur le secret médical, (elle était effrayée d’aller voir le médecin car c’était le praticien de ses parents), sur le fait de lui demander un test de grossesse et des conseils sur le contrôle des naissances. Karen était déjà tellement soulagée, le jour qui suivi elle a eu ses règles…

ATTENTION POSITIVE
Les enfants veulent naturellement participer. On connait tous l’enfant de deux ans qui veut mettre la table. S’il vous plait soyez suffisamment inventif pour leur donner une tâche en accord avec leur âge. Cela demande de l’attention, et cela génère un enfant heureux.
L’attention c’est ce que demande nos enfants de toute façon et ils l’obtiendront ! Positive ou négative. Ce qui est drôle c’est que nous tentons de négliger l’enfant qui doucement joue et vaque. Crises de colère, remarques continuelles, attirant et repoussant, même la maladie ne peut certainement pas être négligée ; voilà de quoi il s’agit … attention !!!!!!!!!! Cela provoque un certain conditionnement et puisque nous sommes destinés de toute façon à conditionner nos enfants, nous devrions au moins le faire de façon positive. Cela se fait lorsque nous passons réellement du temps de qualité avec nos enfants. Par du temps de qualité, cela veut dire être vraiment avec eux. S’il vous plait soyez attentif au fait de ne pas interrompre soudainement le moment par une conversation téléphonique d’une demi-heure avec une amie. O.K, nous pouvons regarder un peu la télévision, mais par temps de qualité je veux dire de faire des jeux, d’aller faire un pique-nique, de cuisiner des gâteaux ensemble, de sortir les couvertures pour construire une cabane, de recouvrir le sol de papier journal afin de pouvoir peindre etc... Vous apprenez à l’enfant que le fait d’être en bonne santé et sociable est très drôle.
Vous enseigner à l’enfant à être créatif en partageant du temps avec une attention positive. Vraiment cela créé des merveilles des deux côtés. Dès l’instant où l’enfant connait de tels moments, vous serez étonné de voir au combien il sera un individu raisonnable au moment où vous aurez besoin de votre temps pour faire quelque chose d’autre.

« Le véritable joyau est qu’il n‘y a pas de récompense ».
(ShantiMayi)

Etre parent est un travail infernal, faire une pause de temps en temps, permet de lui conserver sa fraicheur, ce n’est pas le seul chapeau que nous portons, et le réguler le garde en équilibre. Je trouve que c’est l’entrainement le plus fort, le plus stimulant, le plus beau, et le plus clair afin de comprendre et de vivre dans l’amour inconditionnel.

« La Mère et le Père sont votre attachement
aux croyances et liens du sang
et désirs et habitudes réconfortantes.
Ne les écoutez pas !
Ils semblent vous protéger
mais ils emprisonnent.

Ils sont vos pires ennemis.
Ils font de vous un être effrayé
de vivre dans le vide.
Un jour vous pleurerez des larmes de joies dans cette cours,
vous rappelant vos parents erronés ».

~~~~~~~~

*le karma (action) est de trois sortes :
1. Agami : - Les actions corporelles bonnes ou mauvaises – accomplies après l’acquisition de la connaissance et du discernement.
2. Sanchita : - Les actions accomplies précédemment, servant de semence dans les naissances innombrables ; l’accumulation des actions précédentes conservée.
3. Prarabdha : - Les actions de ce corps (naissance) qui donnent plaisir ou douleur dans cette vie seulement.

Il faut se souvenir que dans toute action de l’homme l’influence de son karma antérieur constitue un élément important.