Je vous souhaite l’année 2022 lumineuse!
Mon souhait pour toi est l’ascention dans
L'ARBRE de VIE
avec un dévouement total pour l’éveil.
Le moment est MAINTENANT et plus urgent que jamais.
Puissiez-vous réaliser l'AMOUR que vous ÊTES.
Jivanjili

Maria Magdalena


Tiré de l’évangile de la Compagne Bien-aimée
L’évangile complet de Marie-Madeleine
L’ascension de l’Arbre de Vie en nous

42:2 « Ainsi, mon maître me parla. Il dit : « Miryam, bénie sois tu qui es venue au monde avant de venir au monde, et dont les yeux sont fixés sur le royaume, toi qui dès le commencement, a compris et suivi mes enseignements. En vérité, je te le dis, il y a un arbre magnifique à l’intérieur de toi qui ne change pas, été comme hiver, et dont les feuilles ne tombent pas. Quiconque écoute mes paroles et en fait l’ascension jusqu’à sa cime ne goûtera pas à la mort, mais connaîtra la vérité de la vie éternelle.

42:3 Puis il me montra une vision dans laquelle j’aperçu un arbre magnifique semblant atteindre les cieux ; alors que je vis tout cela, il dit : « les racines de cet arbre sont dans la terre, qui est ton corps. Le tronc s’étire vers le haut à travers les cinq régions de l’humanité, vers la cime, qui est le royaume de l’esprit.

42:4 Il y a huit grands rameaux sur cet arbre, et chaque rameau porte ses propres fruits, que tu dois manger en abondance. Comme le fruit de cet arbre, dans le jardin, a provoqué la chute d’Adam et de Chav’vah dans les ténèbres, de même, ce fruit t’accordera la lumière de l’esprit, qui est la vie éternelle. Entre chacun des rameaux se trouve un portail et un gardien, qui défie l’indigne qui tente de le franchir.

42:5 Les feuilles, au pied de l’arbre, sont si épaisses et abondantes que la lumière n’y pénètre pas, pour illuminer la voie. Mais point de peur, car je suis la voie et la lumière. Je te le dis, pendant que tu fais l’ascension de l’arbre, les feuilles qui t’obstruent la lumière se font plus rares : il devient donc possible de voir tout plus clairement. Ceux qui cherchent à en faire l’ascension doivent se libérer du monde. Si tu ne te libères pas du monde, tu mourras dans les ténèbres,  qui sont ni plus ni moins que la racine de l’arbre. Mais si tu te libères, tu t’élèveras et atteindras la lumière qui est la vie éternelle de l’esprit. »

42:6 Tandis qu’il prononçait ces paroles, je sentis mon âme faire l’ascension et vis le premier grand rameau, qui porte le fruit de l’amour et de la compassion, fondation de toutes choses. Et je sus qu’avant de pouvoir manger de ce fruit et d’en être nourrie, je dois être libre de tout jugement et de toute colère. Lorsque tu te seras libérée de ces fardeaux, tu pourras manger ce fruit et en obtenir ainsi l’amour et la compassion, qui te permettra de passer le premier des sept gardiens. J’entendis alors la voix du seigneur de la colère m’appeler, mais je le rejetai et il n’obtint aucun fragment de moi.

42:7 Je vis ainsi mon âme faire à nouveau l’ascension. Il me montra alors le second grand rameau, qui ployait sous le poids du fruit de la sagesse et de la compréhension. Je vis alors qu’avant de pouvoir goûter à sa générosité, je dois  être libre de toute ignorance et de toute intolérance. Alors seulement, tu pourras manger de ce fruit et cheminer ainsi vers le haut, sans encombre à travers le second portail parmi les sept. Alors, j’entendis la voix de l’ignorance m’appeler, mais je ne l’ai point connue et ainsi, mon âme franchit le seuil, non défiée.

42:8 Puis mon maître me montra le troisième grand rameau, qui porte le fruit de l’honneur et de l’humilité. Ce n’est que lorsque tu es libre de toute fourberie et de toute arrogance que tu peux prendre part à sa nourriture. Alors l’arrogance m’appela, en me disant : « tu n’es pas digne, retourne sur tes pas. » Mais mon âme lui fut sourde et alla de l’avant et vers le haut, pour pénétrer dans la lumière croissante.

42:9 Ensuite apparut le quatrième rameau, qui s’épanouit avec le fruit de la force et du courage. Je l’entendis me dire que pour manger de ce fruit, il faut s’être libéré de la faiblesse de la chair, s’être confronté à l’illusion de ses peurs et les avoir conquises. Le maître du monde se tint debout devant moi et prétendit que j’étais sienne, mais je le rejetai et il n’obtint aucun fragment de moi.

42:10 C’est alors seulement que mon maître me dit : après avoir rejeté l’imposteur, tu pourras passer à travers le portail le plus ardu de tous, afin d’atteindre le cinquième rameau et le fruit de la clarté et de la vérité. Ce n’est qu’à ce moment-là que tu connaîtras la clarté et la vérité de ton âme et, te connaissant toi-même pour la première fois, tu comprendras que tu es une enfant de l’esprit vivant. Et mon âme s’éleva. Je réalisai que je ne pouvais plus entendre la voix du monde, car tout s’était apparenté au silence.
42:11Enfin, dans la lumière d’en haut, je vis le sixième rameau, celui qui porte le fruit de la puissance et de la guérison. Mon maître me dit alors : une fois que tu as véritablement mangé le fruit de la clarté et de ta propre vérité, tu peux prendre part au fruit de la puissance et de la guérison, la puissance qui guérit sa propre âme et de ce fait, la rend prête à faire l’ascension vers le septième rameau, celui qui est empli des fruits de la lumière et de la bonté.

42:12 Et je vis mon âme, libre à présent de toutes ténèbres, faire à nouveau l’ascension afin d’être emplie de la lumière et de la bonté qui sont esprit. Je fus emplie d’une joie à toute épreuve, tandis que mon âme se changea en feu et s’envola vers le haut, dans les flammes desquelles mon maître me montra le huitième et ultime rameau, sur lequel brûlait le fruit de la grâce et la beauté de l’esprit.

42:13 Je sentis mon âme, ainsi que tout ce que je pouvais apercevoir, se dissoudre et se dissiper en une lumière radieuse, pareille au soleil auquel elle s’unit. Et en cette lumière, je vis une femme d’une beauté extraordinaire, vêtue de vêtements d’un blanc éclatant. La silhouette tendit les bras et je sentis mon aspirée dans son étreinte. A cet instant précis, je me libérai du monde et réalisai que les entraves de l’étourderie étaient temporaires. Désormais, je me reposerai,  au fur et à mesure que la course des ans s’égrènera, en silence. Alors, de très loin, j’entendis la voix de mon maître me dire : « Miryam, toi que j’ai nommée Migdalah, à présent tu as vu le tout, et as connu la vérité de toi-même ; cette vérité qui est Je Suis. A présent tu es devenue la complétude des complétudes. » C’est ainsi que la vision cessa.

42:14 Voilà ce que mon maître m’a dit et montré. « En vérité, je te le dis, tout ce que je t’ai révélé est vrai. »

42:15 Lorsque Migdalah eut dit tout ce que Yeshua avait dit et accompli, elle entra dans le silence, puisque c’est dans ce silence même que Yeshua avait parlé avec elle et révélé ces vérités.

``````````````````````````````````````````````````````````````````````````

La traduction de Jehanne de Quillan des rouleaux de la mer morte « l'évangile du compagnon bien-aimé » sont traduit de l'anglais.

*   Chav'vah : Mère de toute vie
** Migdalah : SIgnifie littéralement : "tour"